Accueil du site > Actualité > GRAND DEUIL A EL JADIDA : REPOSE EN PAIX SI MUSTAFA

GRAND DEUIL A EL JADIDA : REPOSE EN PAIX SI MUSTAFA

jeudi 20 décembre 2012

Une des plus précieuses bougies d’El Jadida vient d’être soufflée dans la discrétion ce mardi 18 Décembre en soirée. Une des plus respectables et des plus généreuses familles de la ville est en deuil. Si Mostafa Bencherki n’est plus. Il vient de nous quitter sans bruit, en douceur mais dans la douleur de la séparation, pour aller rejoindre la paix éternelle. Et c’est tout un pan de la mémoire collective locale qui vient d’être enseveli aux cotés de ce grand homme, qui a nettement marqué l’histoire ancienne de ses empreintes indélébiles que seuls arrivent à déchiffrer, ceux qui portent El Jadida vraiment à cœur et qui disposent d’une dose morale assez suffisante leur permettant de lire les pages du passé dans le sens de sa logique.

Pour tous ceux qui l’ont côtoyé de prés, Feu Si Mustafa n’a jamais été un homme à présenter et encore moins un citoyen apte à être détourné de ses principes et ses convictions. Et comme nous l’avons souligné quelques mois plus tôt, il a largement mérité sa notoriété et son charisme d’homme intègre grâce à son sens de citoyen modèle ; honnête aussi bien envers lui qu’envers autrui, modeste de par sa nature et intransigeant face à l’affront, fidèle dans ses engagements et porteur d’authentiques valeurs auxquelles ils s’attachait farouchement afin de leur donner un vrai sens en les partageant avec l’autre, que se soit à travers les activités associatives que par le biais des actions sociales.

Ayant tâté à la chose politique très tôt, en siégeant aux premiers rangs du parlement durant ses premières années de balbutiements, le parcours militant du défunt n’a pas été de tout repos. Etant accrédité à la présidence de la chambre de commerce, puis à celle du syndicat d’initiative du tourisme, Si Mostafa Bencherki s’était également imprégné des saveurs du Foot bal Jdidi, bien avant la naissance de l’actuelle D.H.J (Difâa Hassani D’El Jadida), dont il a été l’un des fondateurs et par la suite le président effectif avant de tracer son sillage dans l’équipe de Hand bal lors de son âge d’or en menant de main de maitre l’EJUC, ce Club des terreurs Jdidis qui avait acquis en son temps une notoriété nationale à toute épreuve.

Parallèlement à toutes ces activités qui avaient émaillé le parcours de ce Jdidi d’âme et de cœur, On ne peut passer sans évoquer la face humanitaire du personnage, puisqu’il a été membre de l’association de lutte contre la tuberculose dont le champ d’action était centré sur le soutien des malades de l’Hôpital Bel Ayachi d’Azemmour aux cotés du célèbre phtisiologue Dr Ivas qui exerçait à El Jadida. Il a été également membre du croissant rouge Marocain.

Devenu par la suite patron d’une société immobilière familiale, le regretté a su concorder entre le commercial et le social, en ouvrant ainsi les portes de la propriété foncière à de nombreuses familles d’El Jadida.

Certes, les hommes passent et quand l’heure de l’ultime et grand voyage arrive, ils ne se retournent pas. Tout ce qu’ils nous laissent, ce sont ces immortels souvenirs, ces murmures feutrés qui continuent à vivre en nous, ces images qui nous habitent et qu’on n’a pas le droit de toucher, ces belles actions qui transcendent le temps et qui ne périssent pas… oui, Si Mustafa repose aujourd’hui entre les mains de Dieux et son souvenir restera à jamais vivant en nous, le souvenir d’un homme simple, sincère, loyal, courageux et discret même dans son départ vers ce monde qui attend tous.

Nous prions Dieu tout puissant de lui accorder sa sainte miséricorde, de même que nous souhaitons beaucoup de courage à toute la famille Bencherki qui bénéficie de notre estime, de nos considérations et de notre attachement le plus indéfectible.

Chahid Ahmed

Répondre à cet article