El Jadida Eljadida Mazagan, Portail de la province d'El Jadida, Actualité, Culture, Economie, Sport, Tourisme - Le Journal / El Jadida Eljadida Mazagan, Portail de la province d'El Jadida, Actualité, Culture, Economie, Sport, Tourisme - Le Journal fr SPIP - www.spip.net Moonfest, Festival de musiques du monde au lac de Lalla Takerkoust /spip.php?article42 /spip.php?article42 2008-04-24T14:29:00Z text/html fr El Jadida Agenda La première édition de Moonfest, un festival de musiques du monde se tiendra su 1er au 3 mai au bord du lac de Lalla takerkoust à 30 kilomètres de Marrakech. <br />Lancé par l'agence de communication et événementiel, Argile Rouge, annonce et initié en collaboration avec la province d'Al Haouz et le soutien du ministère du tourisme et de l'artisanat, ce festival "a été pensé comme un moussem moderne et se doit d'être un lieu d'échange où artistes marocains et internationaux pourront partager leurs expériences et (...) - <a href="/spip.php?rubrique6" rel="directory">Agenda</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">La première édition de Moonfest, un festival de musiques du monde se tiendra su 1er au 3 mai au bord du lac de Lalla takerkoust à 30 kilomètres de Marrakech.</p> <p class="spip">Lancé par l'agence de communication et événementiel, Argile Rouge, annonce et initié en collaboration avec la province d'Al Haouz et le soutien du ministère du tourisme et de l'artisanat, ce festival "a été pensé comme un moussem moderne et se doit d'être un lieu d'échange où artistes marocains et internationaux pourront partager leurs expériences et offrir le meilleurs d'une musique pluriculturelle à un public de tous âges, national et international curieux de découvrir des groupes connus ou à découvrir"</p> <p class="spip">Cette année, le thème choisi est celui de la rencontre entre les peuples et les musiques : marocaines, flamencos, et tziganes. Les artistes, essentiellement venus d'Espagne, de France et du Maroc, se produiront sur une scène centrale en plein air entre midi et 22 heures pendant toute la durée du festival.</p> <p class="spip">Les habitants des villages avoisinants, des associations locales ainsi que les groupes folkloriques de la province seront intégrés aux activités du festival et animeront sur place un mini souk.</p> <p class="spip">Des activités sportives et de détentes seront mises à la disposition du public et des navettes gratuites régulières effectueront le trajet Marrakech/Lalla Takerkoust, restaurants et buvettes sur place sont prévus.</p></div> SARDINE D'EL JADIDA le poisson des pauvres se fait rare et ses prix flambent /spip.php?article120 /spip.php?article120 2008-04-20T18:11:20Z text/html fr El Jadida Actualité Un silence oppressant semble écraser le petit port d'El Jadida, en cette morose matinée d'Avril. Le temps parait avoir suspendu son vol, au point où même les mouettes, ces éternelles rieuses, aussi gracieuses qu'énergiques ne sont plus à la fête de tous les jours. Elles préfèrent camper pieusement et par populations entières au sommet des hangars qui longent la darse, dans l'attente de jours meilleurs. <br />Aujourd'hui encore, la sardine n'est pas au rendez-vous de toutes les attentes. Le maigre butin d'une (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Un silence oppressant semble écraser le petit port d'El Jadida, en cette morose matinée d'Avril. Le temps parait avoir suspendu son vol, au point où même les mouettes, ces éternelles rieuses, aussi gracieuses qu'énergiques ne sont plus à la fête de tous les jours. Elles préfèrent camper pieusement et par populations entières au sommet des hangars qui longent la darse, dans l'attente de jours meilleurs.</p> <p class="spip">Aujourd'hui encore, la sardine n'est pas au rendez-vous de toutes les attentes. Le maigre butin d'une vingtaine de caisses, ayant pu franchir le grand môle du port, ont été liquidées, bien avant l'aube, au prix de départ avoisinant les 250 Dh l'unité. Une flambée qui défraye toutes les chroniques de vente de ce poisson dit des pauvres, ayant été de tous les temps, considéré comme le principal nerf vital des multiples activités qui gravitent autour du port d'El Jadida. Des prix qui restent à la fois, très loin de la portée des bourses du consommateur, tout autant que des pêcheurs de palangriers et qui, paradoxalement ne couvrent même pas les frais de vivres du sardinier qui a du passer plusieurs heures de navigation pour ramener sa maigre prise à bon port dans la halle d'El Jadida.</p> <p class="spip">La sardine tout autant que le reste des petits pélagiques, dont notamment les anchois, les maquereaux, le sinchards et les sardinelles, ont-ils déserté définitivement les côtes d'El Jadida ? Le phénomène n'est-il que passager, ou au contraire, en relation avec le cycle biologique normal de ces espèces qui sont en pleine période de ponte ? Serait-il question des prémisses d'un épuisement du stock National ? Autant de question qu'on ne peut évoquer, sans nous remémorer la dramatique épreuve du port de Safi, considéré autrefois comme la capitale mondiale de la sardine, abritant plus d'une centaine d'unités de conserves et de transformation de la sardine, mais qui, malheureusement a perdu sa totale vocation, au point de n'héberger de nos jours, qu'une dizaine d'usines, souvent en rupture de matière première.</p> <p class="spip"><span class='spip_document_51 spip_documents spip_documents_center' > <img src='/local/cache-vignettes/L500xH370/sardinier-835c2.jpg' width='500' height='370' alt="" style='height:370px;width:500px;' class='' /></span></p> <p class="spip">Port d'El Eadida 1993, sardinier en premier plan chargé de 50 tonnes</p> <p class="spip">Pour cet armateur d'El Jadida, très proche de toutes les évolutions qui touchent le secteur de la pêche sous toutes ses formes, le problème est beaucoup plus grave qu'on ne le conçoit et appelle à une prise de conscience Nationale, pour assurer la continuité de la sardine Marocaine, surtout en ces temps très controversés, où la sécurité alimentaire se dessine comme un devoir des plus prioritaire à l'échelle planétaire. « Le salut des petits pélagiques et principalement la sardine est tributaire en premier lieu d'une réglementation réfléchie au niveau du secteur de la pêche et surtout à l'impératif d'un repos biologique, qui puisse respecter la saison des pontes qui s'étend normalement de Janvier à Avril » Pour cet ancien Raïs, vieil écumeur des étendues atlantiques, aujourd'hui en retraite, il condamne lui aussi avec grande énergie, le massacre de la sardine, alors qu'elle est pleine d'œufs. Et c'est avec une profonde nostalgie qu'il nous confie « Dans notre temps, nous n'avions pas à aller très loin pour faire cale pleine, parfois même, il nous arrivait d'être dans l'obligation de fractionner les gigantesques bancs de pélagiques, pour ne pas perdre nos filets sous la pression du poids des prises. Pourtant, nous ne faisons qu'une pêche à vue. Seulement, cette technique de pêche dépassée aujourd'hui, assurait au moins à la sardine, un repos biologique naturel, qui découle du fait, que notre pêche se limitait à six mois /an, d'où l'abondance et les prix dérisoires de ce poisson durant la saison estivale. Il faut ajouter à cela, que les sardiniers restaient à quai, durant la pleine lune ou encore lorsque s'annonce un brouillard ou tout autre mauvais temps »</p> <p class="spip">Les nouvelles technologies introduites depuis le fin des années 80, et qui englobent les sonars, les sondeurs et les radars, pourraient-elles occasionner les effets pervers, à même d'entamer un épuisement précoce du stock de la sardine ? Interrogation d'autant plus pertinente que cette modernisation a été accompagnée en 1992, par une refonte de la flotte des sardiniers, dont la capacité initiale qui était de deux tonneaux a été amenée à atteindre les 90 tonneaux. Selon notre armateur cité précédemment « Ce serait absurde que de s'opposer à toute forme de modernisation du secteur de la pêche, mais cela n'empêche que nous aurions aussi souhaité que les instances concernées puissent accompagner tous ces efforts par des réglementations réfléchies et concertées, pour assurer la bonne gestion de ce secteur clé, qui draine des dizaines de milliers d'emplois directs et indirects, tout en protégeant notre capital pélagique, considéré et à juste titre comme l'un des plus grands stocks dans le monde. Et pour ce faire, il est indispensable de donner à la sardine ses chances de se régénérer de façon naturelle, la prémunissant ainsi de ces courses poursuites, acharnées, sans répits, qui durent toute l'année et qui touchent de nos jours aux sources même de cette richesse » Le clin d'œil ici est implicitement adressé aux bateaux pélagiques affrétés de 600 à 800 tonneaux, et qui sont considérés par nos sources comme de véritables machines de destruction, opérant dans les sources même de reproduction de la sardine.</p> <p class="spip">L'autre effet à risque qui est montré du doigt, et dont on nous a fait part des répercussions négatives qu'il peut avoir sur la sardine, a trait aux unités spécialisées dans production de la farine de poisson, plus connue sous le nom de « guano ». Initialement autorisée à transformer tous les déchets de poissons, résultant des usines de conserves, pour en dégager une matière à plus value économique, aujourd'hui, on nous fait savoir, que leurs besoins en matière première seraient devenus si grands, qu'on ne rechignerait pas à faire appel à des cargaisons entières de sardine fraiche, afin s'assurer les rotations de ces broyeurs. Notre chère sardine serait-elle effectivement en danger ? Les chiffres avancés par les milieux spécialisés et qui quantifient le stock disponible au-delà du million de tonnes seraient-il pour nous rassurer ? Dans un cas comme de l'autre, ce serait verser dans un réel gaspillage que de continuer à harceler les petits pélagiques lors de la saison des pontes. Les contre coups pourraient s'avérer latents et les dégâts irréversibles.</p> <p class="spip">Chahid Ahmed</p> <p class="spip"><a href="mailto:m.ahmedchahid@yahoo.fr" class="spip_out">m.ahmedchahid@yahoo.fr</a></p></div> Chants de femmes : Un festival dédié à la femme rurale et à la chanson traditionnelle des Doukkala /spip.php?article119 /spip.php?article119 2008-04-17T00:25:01Z text/html fr El Jadida Actualité “Chants de femmes », c'est sur ce thème très symbolique que la province d'El Jadida a arrêté son choix pour lancer la première édition d'un nouveau festival, pas comme les autres. <br />Il faut dire que le concept de cette manifestation culturelle est très original, dans la mesure où elle est dédiée principalement à la femme rurale des Doukkala, qui a droit à tous les égards, tout autant que celles des autres contrées du pays. Un véritable hommage à toutes ces chevilles ouvrières, toujours omniprésentes, souvent (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">“Chants de femmes », c'est sur ce thème très symbolique que la province d'El Jadida a arrêté son choix pour lancer la première édition d'un nouveau festival, pas comme les autres.</p> <p class="spip">Il faut dire que le concept de cette manifestation culturelle est très original, dans la mesure où elle est dédiée principalement à la femme rurale des Doukkala, qui a droit à tous les égards, tout autant que celles des autres contrées du pays. Un véritable hommage à toutes ces chevilles ouvrières, toujours omniprésentes, souvent anonymes mais implacablement placées aux premières loges d'un combat de tous les jours. La seconde spécificité de ce festival a trait à l'espace ciblé pour abriter quatre jours durant, ce nouveau moussem purement traditionnel, en l'occurrence la commune d'Ouled Amrane, qui compte parmi les zones les moins favorisées de la province d'El Jadida. Et cela nous ramène à l'esprit même de l'Initiative nationale pour le développement humain, comme le soulignent les organisateurs de cette manifestation, dont l'objectif principal, selon eux, est de créer une dynamique culturelle et artistique dans cette commune, en complément aux multiples acquis et réalisations socio-économiques auxquels a eu droit cette frange des citoyens de la province.</p> <p class="spip">L'autre raison qui anime les concepteurs de ce rendez-vous, censé réhabiliter le patrimoine musical authentique local, c'est la prospection de nouvelles pistes d'attractions touristiques, en prévision des visiteurs et touristes étrangers que ne manquera pas de générer la station Mazagan, dont la première tranche sera opérationnelle dès juin 2009.</p> <p class="spip">« Chants de femmes » ou « Al maya », est un festival qui est né de la volonté de plusieurs partenaires, afin de préserver et promouvoir un patrimoine musical ancestral de la région des Doukkala, plus connu sous l'appellation de « Laâbates » ou « Aouniates » dans une vision globale du développement culturel et économique de la province.</p> <p class="spip">Cette manifestation qui sera organisée à Ouled Amrane du 30 avril au 4 mai, à l'initiative de l'Association provinciale des affaires culturelles, la direction régionale de la culture et le Centre maroco-lusitanien, ne compte pas pour autant limiter son champ d'action aux seules potentialités locales. Elle est aussi perçue comme plateforme d'échanges et de rencontres, où seront associées des voix féminines de différentes régions du pays, ainsi que des ambassadrices étrangères et de diverses cultures, qui partagent ce même idéal qui consiste à perpétuer des traditions musicales typiques à chaque région dans le monde. Un espace de dialogue et d'interculturalité et une invitation à la découverte de l'Autre, de ses traditions et de cette culture qui représente l'essence même de toute civilisation.</p> <p class="spip">En plus des soirées de chants de femmes, la manifestation comprend aussi des spectacles de fantasia et de fauconnerie, en plus de différentes tables rondes qui traiteront de « L'histoire du patrimoine des Doukkala », de « L'héritage patrimonial et ethnologique local » et de « La culture, locomotive du développement ».</p> <p class="spip">Chahid Ahmed - Libération le 16-04-2008</p> <p class="spip"><a href="mailto:m.ahmedchahid@yahoo.fr" class="spip_out">m.ahmedchahid@yahoo.fr</a></p></div> La station météorologique d'El Jadida sera-t-elle condamnée à disparaître ? /spip.php?article118 /spip.php?article118 2008-04-17T00:22:18Z text/html fr El Jadida Actualité La station météorologique d'El Jadida, qui est implantée depuis plus de trente ans dans l'enceinte de l'aérodrome de cette ville a-t-elle des chances de survivre à l'urbanisation galopante et effrénée qui n'a pas manqué de la rattraper ? <br />Les concepteurs du nouveau plan d'aménagement qui ont affecté toute l'aire de cet aérodrome récemment déclassé, pour un grand projet urbain, ont-il pris en considération les répercussions de cette décision sur l'avenir d'une station synoptique, aéronautique, climatologique et (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">La station météorologique d'El Jadida, qui est implantée depuis plus de trente ans dans l'enceinte de l'aérodrome de cette ville a-t-elle des chances de survivre à l'urbanisation galopante et effrénée qui n'a pas manqué de la rattraper ?</p> <p class="spip">Les concepteurs du nouveau plan d'aménagement qui ont affecté toute l'aire de cet aérodrome récemment déclassé, pour un grand projet urbain, ont-il pris en considération les répercussions de cette décision sur l'avenir d'une station synoptique, aéronautique, climatologique et agro-météorologique, considérée comme étant une précieuse banque de données, que ce soit au niveau régional on à l'échelle nationale ? Autant d'interrogations qui s'imposent aujourd'hui plus que jamais, et qui ne peuvent laisser indifférents les milieux concernés, d'autant plus que le projet en question est en voie d'une réalisation imminente.</p> <p class="spip">Ce dernier consiste en la réalisation d'un nouveau pôle urbain intégré qui s'étale sur 92 ha et dont le coût est estimé à quelque cinq milliards de dirhams. Une véritable bouffée d'oxygène pour la ville et la concrétisation d'un bon vieux rêve ayant bercé depuis longtemps l'imaginaire des politiques et des autorités qui se sont relayés à la tête de la province d'El Jadida.</p> <p class="spip">Selon les appréciations des décideurs, ce projet aura à alléger la pression urbaine qui se fait de plus en plus ressentir au niveau d'une côte atlantique, dont la destinée devrait être en phase avec les nouvelles orientations touristiques de la ville et sa région. Il comprend des édifices administratifs, des immeubles à usage d'habitat de service et d'équipement, des complexes d'habitats dotés de lotissements, des villas, des centres sportifs ainsi que des espaces de loisir. Devant cet état de fait, on peut estimer que toute alternative pouvant assurer la viabilité de la station d'El Jadida ou du moins sauvegarder son capital de relevés et observations météorologiques serait difficile à mettre en œuvre et représenterait un réel problème pour les services de la météorologie nationale. Problème d'autant plus délicat que la station locale qui fait partie intégrante de tout un réseau national serait aussi appelée à prendre une dimension beaucoup plus stratégique par l'intégration dans ses services d'un site de radiosondage.</p> <p class="spip">Selon certaines sources proches des milieux météorologiques, cette décision à laquelle les météorologistes n'ont pas été associés et encore moins consultés, relève de la surprise. « La météorologie n'est pas un service comme les autres. Elle est avant et après tout une science de l'atmosphère, qui reste intimement liée à l'ambiance du milieu où elle se pratique ; de ce fait, toutes les données cumulées durant la période d'existence d'une station ne peuvent avoir un sens et une crédibilité scientifique, au-delà de l'aire où sont effectuées toutes les opérations relatives à des relevés permanents de la pression, des vents, des températures de l'air et dans le sol, des précipitations, d'observation des nuages… », nous ont confirmé les mêmes sources, qui évoquent l'alternative d'une supposée délocalisation de la station d'El Jadida avec le même pessimisme. « Difficile de parler d'une délocalisation précipitée, en ce qui concerne une station météorologique, parce que cela nous renvoie irrémédiablement à la case de départ. Cela équivaut à une perte sèche de trente années d'efforts, pour ce qui est du cas d'El Jadida, et la détérioration de « normales », dont l'importance est capitale dans la vie économique de tous les jours et dans tous les secteurs »</p> <p class="spip">Le transfert d'une station météorologique, nous informe-t-on, ne s'improvise pas. Il obéit à des règles précises et bien définies, et surtout à l'impératif d'une large marge de temps, estimée de trois ans, afin de pouvoir laisser aux professionnels la possibilité de déterminer des coefficients dits de corrélation, seuls en mesure de « viabiliser » les anciennes données en fonction des nouveaux relevés.</p> <p class="spip">Dans ce cas, aurait-on sous-estimé l'importance de ce maillon d'El Jadida, qui complète tout un réseau de stations similaires, quadrillant tout le pays ? Pourtant, c'est grâce à ce grand réseau, qui est appuyé par cinq radars couvrant l'ensemble du Maroc et aux compétences humaines qui y veillent nuit et jour, que la météorologie nationale a pu capitaliser son savoir et accéder à des technologies de pointe, au point de concurrencer des pays européens, tout en arrivant à exporter son savoir-faire vers les pays africains.</p> <p class="spip">Mais doit-on sacrifier cette science au profit du développement, ou inversement, retarder le développement pour que survive cette science ? A notre sens, il aurait été plus raisonnable d'anticiper les aléas de cette situation, cela aurait permis à la ville une harmonisation de tous ses atouts, sans heurts et loin de tout dilemme embarrassant.</p> <p class="spip">Chahid Ahmed - Libération le 15-04-2008</p> <p class="spip"><a href="mailto:m.ahmedchahid@yahoo.fr" class="spip_out">m.ahmedchahid@yahoo.fr</a></p></div> Le 2ème festival de Fès de la culture Soufie du 18 au 23 avril prochain /spip.php?article47 /spip.php?article47 2008-04-12T14:29:00Z text/html fr El Jadida Agenda La 2-ème édition du festival de Fès de la culture Soufie se tient, du 18 au 23 avril prochain, dans la capitale spirituelle, sous le signe "Orient-Occident". <br />Au menu de cette manifestation, sont prévues des thématiques et des débats sur le soufisme, parallèlement aux soirées de Dhikr (invocations) de confréries de différents pays et cultures, des concerts de musique et des rencontres artistiques. <br />Sont également programmées lors de cette édition des conférences placées sous les thèmes suivants : (...) - <a href="/spip.php?rubrique6" rel="directory">Agenda</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">La 2-ème édition du festival de Fès de la culture Soufie se tient, du 18 au 23 avril prochain, dans la capitale spirituelle, sous le signe "Orient-Occident".</p> <p class="spip">Au menu de cette manifestation, sont prévues des thématiques et des débats sur le soufisme, parallèlement aux soirées de Dhikr (invocations) de confréries de différents pays et cultures, des concerts de musique et des rencontres artistiques.</p> <p class="spip">Sont également programmées lors de cette édition des conférences placées sous les thèmes suivants : "Soufisme et développement de civilisation : 1200 ans de quêtes spirituelles à travers l'histoire du Maroc", "Valeurs chevaleresques et relations internationales", "Femmes et spiritualité", "Spiritualité et Entreprise", "Spiritualité et environnement", "Les voies de la connaissance de soi en Orient et Occident", "Soufisme et dialogue Orient Occident" et "Désir d'islam, le voyage soufi d'Isabelle Eberhardt".</p> <p class="spip">Le deuxième festival de Fès de la culture Soufie, qui verra la participation d'artistes et de chercheurs en provenance de plusieurs pays étrangers, sera aussi ponctué par des concerts qui seront donnés par des troupes soufies et des groupes issus de plusieurs confréries et des figures emblématiques de cet art sublime.</p> <p class="spip">Expliquant le choix du thème de cette édition, M. Faouzi Skali, Président de Par-chemins concepts, agence d'ingénierie culturelle organisatrice de cet événement, souligne qu'"au-delà de leur disposition géographique, l'Orient et l'Occident constituent d'abord des continents culturels et symboliques".</p> <p class="spip">Dans une note de présentation, M. Skali relève que "les termes de mondialisation ou pire encore de globalisation, expriment surtout la volonté d'une domination d'une aire culturelle sur une autre, d'un système triomphant grâce à des valeurs et systèmes d'organisation venus de l'Occident".</p> <p class="spip">"Cette domination, qu'elle cherche à s'exercer dans un sens ou dans un autre, n'est jamais guère que provisoire, sinon le fruit d'une illusion d'optique", selon M. Skali pour qui le soufisme à travers les siècles a "su tisser des passerelles entre ces deux mondes et y faire voyager, à travers des colorations multiples, des idées, des valeurs, des symboles universels".</p> <p class="spip">Et M. Skali d'estimer : "la seule spiritualité authentique est celle qui allie dans l'homme, l'âme de l'Orient et la raison de l'Occident".</p> <p class="spip">"Les figures de Layla et de Maya puisées du patrimoine poétique arabe antéislamique, de l'amour courtois +Udhri+ et platonique vont constituer les principaux symboles de l'amour universel des Soufis exprimé dans la poésie de Rabia al Adawiyya, de Hallaj, d'Ibn Arabi ou de Rumi", a-il-il ajouté.</p> <p class="spip">Ces figures, a-t-il expliqué, vont aussi constituer la texture des expressions artistiques et musicales développées à travers l'extraordinaire diversité des cultures soufies de par le monde d'Afrique ou d'Europe, d'Orient ou d'Occident, moyens et extrêmes.</p> <p class="spip">Dans cette fonction de médiation entre l'Orient et l'Occident, entre l'homme et la femme, et là où peuvent s'installer des attitudes de rejet, de crispations et de conflit, le Soufisme développera aussi une capacité à trouver des solutions d'harmonisation et de complémentarité, et d'une reconnaissance naturelle et féconde des différences et de la diversité, relève M.Skali.</p> <p class="spip"><strong class="spip">MAP</strong></p></div> Environnement : Convention de financement pour des projets de dépollution à El Jadida /spip.php?article117 /spip.php?article117 2008-04-09T17:20:31Z text/html fr El Jadida Actualité Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, M. Saad Hassar, a présidé, mardi à Rabat, une cérémonie de signature d'une convention de financement entre la Régie autonome intercommunale de distribution d'eau et d'électricité d'El Jadida (RADEEJ) et un consortium bancaire marocain, visant à réaliser des projets de dépollution dans la ville d'El Jadida. <br />Aux termes de cette convention, le consortium bancaire, "Banque centrale populaire, AttijariwafaBank, BMCE Bank et le Fonds d'Equipement (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, M. Saad Hassar, a présidé, mardi à Rabat, une cérémonie de signature d'une convention de financement entre la Régie autonome intercommunale de distribution d'eau et d'électricité d'El Jadida (RADEEJ) et un consortium bancaire marocain, visant à réaliser des projets de dépollution dans la ville d'El Jadida.</p> <p class="spip">Aux termes de cette convention, le consortium bancaire, "Banque centrale populaire, AttijariwafaBank, BMCE Bank et le Fonds d'Equipement communal", met à la disposition de la RADEEJ un crédit à long terme de 300 millions de dirhams pour participer à la mise en oeuvre du programme d'investissement issu des résultats des études du Schéma directeur d'assainissement liquide de la ville, lancées en 2005.</p> <p class="spip">M. Hassar a salué à cette occasion le caractère pionnier de ce prêt eu égard à son importance et aux conditions "très avantageuses" qu'il offre, notamment la non conditionnalité de l'octroi du prêt par une garantie de l'Etat ou des communes, estimant que "ce contrat constituera sans doute un modèle exemplaire de partenariat et de coopération entre les bailleurs de fonds nationaux et les régies communales".</p> <p class="spip">Ce prêt, a-t-il ajouté, vient à point nommé et permettra à la Régie de boucler le financement de son programme d'investissement en matière d'assainissement liquide estimé à 590 millions Dhs au titre de la période 2008-2012.</p> <p class="spip">Ce programme, rappelle-t-on, vise à résoudre les problèmes liés aux aspects de collecte des eaux usées ainsi que l'élimination des problèmes inhérents à la dépollution de la ville d'El Jadida par la réalisation d'une station de pré-traitement et le rejet des eaux prétraitées dans le milieu marin via un émissaire en mer de 2 km de longueur.</p> <p class="spip">M. Hassar a rappelé dans ce cadre que le ministère de l'Intérieur, à travers notamment la Direction des Régies et des services concédés, a entrepris depuis quelques années en concertation avec les Régies de distribution et leurs conseils d'administration, une série de mesures et d'actions visant l'amélioration des structures de l'ensemble des activités de ces régies.</p> <p class="spip">Ces mesures ont trait notamment au renforcement de la sécurité d'alimentation en eau et en électricité, à la protection de l'environnement, à l'extension des réseaux de distribution, à l'informatisation et la mise en place des systèmes d'information et de gestion intégrés, à la mise à niveau fiscale, à l'apurement des arriérés, à la rationalisation des dépenses et au développement des investissements productifs, a-t-il précisé, mettant en avant les résultats "très satisfaisants" de ces efforts, comme en témoignent les indicateurs de performance et de gestion des Régies de distribution au titre de la période 2002-2007.</p> <p class="spip">Il a cité l'amélioration du résultat net consolidé qui a atteint 400 MDhs en 2007 après avoir été déficitaire de 420 MDhs en 2002, la multiplication par 10 de la capacité d'autofinancement (1.230 MDhs en 2007), un montant global d'investissements réalisés de 5 milliards de dirhams, en plus de l'amélioration du taux de desserte qui est passé de 85% à 94% pour l'électricité, de 81% à 91% pour l'eau potable et de 78% à 87% pour l'assainissement liquide.</p> <p class="spip">"La modernisation et l'optimisation du mode de gouvernance, le renforcement de la transparence ainsi que la responsabilisation accrue des gestionnaires sont autant de facteurs ayant contribué à la réalisation de ces performances", a souligné M. Hassar, faisant remarquer toutefois qu'il subsiste encore plusieurs contraintes à dépasser, en particulier la forte extension urbaine nécessitant des investissements lourds et des infrastructures fiables pour accompagner le développement que connaissent les villes marocaines.</p> <p class="spip">M. Hassar estime à 11 milliards Dhs les besoins en termes d'investissement pour la période 2008-2012, soit environ 60% pour le service d'assainissement liquide, 20% pour la distribution d'eau potable et 20% pour l'électricité.</p> <p class="spip">Ont également pris part à cette cérémonie, le gouverneur de la province d'El Jadida, les présidents des communes concernées, le directeur général de la RADEEJ, les présidents directeurs généraux des banques précitées, le directeur général du FEC ainsi que la représentante de la Société financière internationale.</p> <p class="spip">MAP - 09-04-2008</p></div> La 3ème caravane du marathon féminin international fait escale à El Jadida /spip.php?article116 /spip.php?article116 2008-04-05T23:29:01Z text/html fr El Jadida Actualité Les deux grands faits marquants que nous avons pu enregistrer lors de l'escale, dans la commune Lekouassem, de la 3ème caravane du marathon féminin international, c'est tout d'abords le rassemblement de la quasi-totalité des fauconniers Lekouassem des Doukkala, sous la seule et même bannière de l'association Lekouassem moulay tahar d'ouled frej. Un ralliement d'autant plus symbolique qu'il a eu lieu dans la résidence même du Caïd si boubker el Kasmi, qui était à la fois le représentant de l'autorité de (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Les deux grands faits marquants que nous avons pu enregistrer lors de l'escale, dans la commune Lekouassem, de la 3ème caravane du marathon féminin international, c'est tout d'abords le rassemblement de la quasi-totalité des fauconniers Lekouassem des Doukkala, sous la seule et même bannière de l'association Lekouassem moulay tahar d'ouled frej. Un ralliement d'autant plus symbolique qu'il a eu lieu dans la résidence même du Caïd si boubker el Kasmi, qui était à la fois le représentant de l'autorité de la région dans le temps, mais aussi le protecteur des fauconniers et chorfa Lekouassem, tout en étant lui-même un grand érudit de la fauconnerie Marocaine, lors de ses années de gloire.</p> <p class="spip">La seconde face qu'on avait toujours tendance à passer à coter sans lui accorder l'importance qu'il lui fallait, et qu'on a dégusté avec grande volupté à cette occasion aussi, a trait à ce chant traditionnel du terroir, exclusivement féminin et que seules quelques rescapées de l'ancienne génération s'évertuent à perpétuer, à de rares occasions, dans différents douar de Doukkala. Nous avons pu découvrir les échos de ces mélodies qui nous viennent de très loin, mais qui font encore et toujours vibrer cette fibre de nostalgie, si sensible et toujours vivace chez les enfants de cette terre aussi hospitalière que généreuse. Ce chant de femme, plus connu sous le nom d'Al maya, auquel l'association des œuvres culturelle de la province d'El Jadida accorde aujourd'hui un intérêt tout particulier, ne manquera pas de nous réserver de très belles et agréables surprises dans les prochaines semaines.</p> <p class="spip">Il faut dire que ces deux manifestations dont la particularité qui les caractérise nous a amené à les citer comme entrée dans notre article, et qui attestent de la profondeur des traditions culturelles des Doukkala, sont inscrites dans le cadre d'un autre grand événement qui ne manque pas lui aussi d'importance.</p> <p class="spip">C'est à l'occasion du 3ème marathon féminin international, organisé du 25 Mars au 12 Avril, par l'association marocaine des créatrices contemporaines, sous la présidence d'honneur de Lacharifa Lalla Oum Kaltoum, et qui a pris son départ d'Assila pour faire étape dans plusieurs autres villes du pays. Cette caravane qui sillonnera le Maroc du nord au sud à la recherche et la découverte d'artistes et de nouveaux talents issus du monde rural, a ciblé la commune d'ouled hamdane comme étape principale de la province d'El Jadida. Son objectif premier est de soutenir les femmes artisans du douar Louhahcha, dont les produits de tissage sont exceptionnels, mais peu connus.</p> <p class="spip">Dans cette même foulée, ces ambassadrices de l'art traditionnel marocain, ont apprécié à sa juste valeur le charme des tazota, se sont émerveillées devant la majesté de la casbah de boulaouane, pour clore leur tournée en beauté avec des spectacles de fauconnerie, dans la commune lekouassem, sur un fond de chants de vieilles femmes qui ne demandent qu'à léguer leur savoir oral et musical à la postérité.</p> <dl class='spip_document_46 spip_documents spip_documents_center' > <dt><a href="/IMG/jpg/marathon_femme_1.jpg" title='JPG - 40.3 ko' type="image/jpeg"><img src='/local/cache-vignettes/L150xH113/marathon_femme_1-c44f9-58fef.jpg' width='150' height='113' alt='JPG - 40.3 ko' style='height:113px;width:150px;' class='' /></a></dt> </dl> <dl class='spip_document_47 spip_documents spip_documents_center' > <dt><a href="/IMG/jpg/marathon_femme_2.jpg" title='JPG - 40.9 ko' type="image/jpeg"><img src='/local/cache-vignettes/L150xH113/marathon_femme_2-992ae-0d87f.jpg' width='150' height='113' alt='JPG - 40.9 ko' style='height:113px;width:150px;' class='' /></a></dt> </dl> <dl class='spip_document_48 spip_documents spip_documents_center' > <dt><a href="/IMG/jpg/marathon_femme_3.jpg" title='JPG - 30.4 ko' type="image/jpeg"><img src='/local/cache-vignettes/L150xH113/marathon_femme_3-c674b-6e4cb.jpg' width='150' height='113' alt='JPG - 30.4 ko' style='height:113px;width:150px;' class='' /></a></dt> </dl> <dl class='spip_document_49 spip_documents spip_documents_center' > <dt><a href="/IMG/jpg/marathon_femme_4.jpg" title='JPG - 32.2 ko' type="image/jpeg"><img src='/local/cache-vignettes/L150xH113/marathon_femme_4-bd1ee-b720f.jpg' width='150' height='113' alt='JPG - 32.2 ko' style='height:113px;width:150px;' class='' /></a></dt> </dl> <dl class='spip_document_50 spip_documents spip_documents_center' > <dt><a href="/IMG/jpg/marathon_femme_5.jpg" title='JPG - 34.8 ko' type="image/jpeg"><img src='/local/cache-vignettes/L150xH113/marathon_femme_5-b7db8-611b0.jpg' width='150' height='113' alt='JPG - 34.8 ko' style='height:113px;width:150px;' class='' /></a></dt> </dl> <p class="spip"><strong class="spip">Chahid Ahmed</strong></p> <p class="spip"><a href="mailto:m.ahmedchahid@yahoo.fr" class="spip_out">m.ahmedchahid@yahoo.fr</a></p></div> Nouveau produit d'habitat : El Jadida ouvre le bal d'une campagne Nationale /spip.php?article115 /spip.php?article115 2008-04-03T11:07:21Z text/html fr El Jadida Actualité El Jadida a focalisé ce mercredi 02 Avril, l'attention de tous les intervenants en matière d'habitat et d'urbanisme. Le temps est au premier jet d'une campagne Nationale, censée présenter un nouveau produit d'habitat à 140.000 Dh, destiné aux populations pauvres, dont le revenu est plafonné à 1,5 SMIG. Cette initiative qui fait suite à la présentation et signature de convention devant Sa Majesté le Roi Mohamed VI, le 28 Mars dernier, cherche à interpeler et informer les différents partenaires impliqués (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">El Jadida a focalisé ce mercredi 02 Avril, l'attention de tous les intervenants en matière d'habitat et d'urbanisme. Le temps est au premier jet d'une campagne Nationale, censée présenter un nouveau produit d'habitat à 140.000 Dh, destiné aux populations pauvres, dont le revenu est plafonné à 1,5 SMIG. Cette initiative qui fait suite à la présentation et signature de convention devant Sa Majesté le Roi Mohamed VI, le 28 Mars dernier, cherche à interpeler et informer les différents partenaires impliqués dans les circuits de l'habitat, sur les objectifs, ainsi que sur les détails relatifs à la faisabilité technique et financière de ce nouveau produit.</p> <p class="spip">A noter que cette campagne d'information sera suivie de toute une série de rencontres similaires, qui seront organisées par le biais du réseau des agences urbaines dans toutes les préfectures et provinces du pays. De même que le groupe Al Omrane procédera durant les semaines prochaines à la mise en œuvre d'un programme qui concernera la construction de 129.000 logements entrant dans ce cadre. Le lancement de ce nouveau produit de logement a été effectué par le ministre de l'habitat, de l'urbanisme et de l'aménagement de l'espace, en présence du secrétaire d'état à l'aménagement de l'espace, de l'inspecteur général du ministère de l'intérieur, du wali de la région Doukkala-Adba, du gouverneur de la province d'El Jadida, du directeur de la direction des entreprises publiques et de la participation du ministère des finances, du président du crédit immobilier et hôtelier, ainsi que tous les directeurs des agences urbaines et inspecteurs de l'habitat et directeurs centraux du ministère.</p> <p class="spip">Chahid Ahmed <a href="mailto:m.ahmedchahid@yahoo.fr" class="spip_out">m.ahmedchahid@yahoo.fr</a></p></div> Habitat social : Une campagne nationale de présentation à El Jadida /spip.php?article114 /spip.php?article114 2008-04-03T11:05:20Z text/html fr El Jadida Actualité Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace, Taoufik Hejira, a donné, mercredi à El Jadida, le coup d'envoi de la campagne nationale de présentation du nouveau produit d'habitat d'un coût unitaire ne dépassant pas les 140.000 DH. <br />Cette campagne nationale d'information, qui intervient au lendemain de la présentation et de la signature, devant S.M. le Roi Mohammed VI, (samedi 29 mars à Rabat) de la convention relative à ce nouveau produit d'habitat, est la première d'une (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace, Taoufik Hejira, a donné, mercredi à El Jadida, le coup d'envoi de la campagne nationale de présentation du nouveau produit d'habitat d'un coût unitaire ne dépassant pas les 140.000 DH.</p> <p class="spip">Cette campagne nationale d'information, qui intervient au lendemain de la présentation et de la signature, devant S.M. le Roi Mohammed VI, (samedi 29 mars à Rabat) de la convention relative à ce nouveau produit d'habitat, est la première d'une série de 25 rencontres qui seront "incessamment" organisées au niveau national par le biais du réseau des agences urbaines dans toutes les préfectures et provinces pour "interpeller et informer les représentants de l'autorité locale, les élus, les PME et tous les associations professionnelles sur ce nouveau produit".</p> <p class="spip">Il s'agit de la réalisation d'un programme national visant la construction d'environ 130.000 unités de logement à faible coût, d'un investissement global de 15,5 milliards de dirhams.</p> <p class="spip">Ce nouveau produit, d'un coût unitaire ne dépassant pas 140.000 dirhams, vise à faire bénéficier les familles les plus démunies des subventions de l'Etat, notamment celles dont le salaire mensuel n'excède pas 1,5 fois le SMIG (2.700 dirhams), et à diversifier l'offre en logements dans le cadre de la lutte contre l'habitat insalubre.</p> <p class="spip">Cette campagne qui sera organisée notamment par les Agences urbaines du Royaume, a pour objectif de présenter le projet et d'informer au niveau national tous les intervenants dans l'acte de construire, les promoteurs, entreprises et bureaux d'études sur tous les détails relatifs à la faisabilité technique et financière du projet et au niveau local, les petites et moyennes entreprises, les associations locales et régionales des professionnels et tous les présidents des Collectivités locales rurales.</p> <p class="spip">Intervenant à cette occasion, M. Hejira a souligné l'apport de ce nouveau produit qui vient renforcer l'approche royale du développement humain de lutte contre la pauvreté et l'exclusion et qui se propose de diversifier l'offre de l'habitat et d'intégrer, pour la première fois, l'habitat social subventionné en milieu rural ainsi que de contribuer au rétablissement des équilibres offre/demande et à maîtriser le marché de l'immobilier.</p> <p class="spip">Ce nouveau produit cible essentiellement trois catégories de citoyens, les habitants des logements menaçant ruine, les agents de la sûreté nationale et les employés de la fonction publique, ainsi que les salariés du secteur privé et de l'artisanat, a rappelé M. Hejira.</p> <p class="spip">Le ministre a évoqué, par ailleurs, le rôle des agences urbaines dans l'accompagnement de ce projet ambitieux, précisant que des responsables au sein des agences, ont été chargés de recueillir les propositions sur les lieux d'intervention en milieu rural. Ils seront également chargés de superviser les études urbanistique et technique, ainsi que l'octroi des autorisations, l'encadrement, le suivi, l'exécution et la réalisation, a-t-il dit.</p> <p class="spip">Pour sa part, le wali-inspecteur général de l'administration territoriale au ministère de l'Intérieur, Mohamed Fassi Fihri, a formé le vœu de voir ce nouveau produit s'inscrire dans une nouvelle démarche à même de combler le déficit en logement et lutter contre l'habitat insalubre, faisant part du soutien du ministère de l'Intérieur avec toutes ses composantes (unités territoriales et collectivités locales) à cette initiative et la disposition de ce département à y adhérer évoquant dans ce sens son caractère de proximité.</p> <p class="spip">Les logements prévus dans le cadre de ce programme consistent, dans le milieu urbain (106.785 unités), en des immeubles de trois niveaux (R+3) équipés de services de proximité et respectant les normes de sécurité et de qualité.</p> <p class="spip">Dans le milieu rural, le programme prévoit des unités de logement (22.353 maisons) d'un niveau terrestre qui peuvent faire l'objet d'une extension horizontale et verticale, tout en veillant au respect des normes d'ingénierie et du cachet architectural et en utilisant les matériaux de construction locaux.</p> <p class="spip">Ce programme, totalement exonéré d'impôts, sera directement réalisé à hauteur de 65% par les filiales régionales du Holding Al Omrane sur les quatre années à venir, alors que le reste sera exécuté par des promoteurs immobiliers privés dans le cadre d'un partenariat avec les filiales régionales du holding, rappelle-t-on.</p> <p class="spip">Le lancement de cette campagne nationale a eu lieu en présence notamment du secrétaire d'Etat chargé de l'Aménagement de l'espace, du wali de la région de Doukkala-Abda, des gouverneurs des provinces de Safi et d'El Jadida, du directeur général de la Direction des entreprises publiques et de la participation du ministère de l'Economie et des Finances, du président directeur général du Crédit Immobilier et Hôtelier, des directeurs des agences urbaines et d'autres personnalités.</p> <p class="spip">MAP le 03-04-2008</p></div> Colloque international en hommage à Abdelkebir KHATIBI - Synthèse /spip.php?article113 /spip.php?article113 2008-04-03T10:41:42Z text/html fr El Jadida Actualité Il est des figures littéraires et intellectuelles qui, de leur vivant, arrivent à marquer indélébilement leur présent. Le sillage laissé par chacune de leurs paroles ou positions acquiert le statut d'une sorte de passage obligé pour les contemporains et pour les générations futures. C'est le cas d'Abdelkebir Khatibi, écrivain aux multiples formes génériques : romancier, poète, essayiste, dramaturge, critique d'art… <br />Pendant deux journées de travail, de discussions et de témoignage, s'est tenu à la Faculté (...) - <a href="/spip.php?rubrique1" rel="directory">Actualité</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Il est des figures littéraires et intellectuelles qui, de leur vivant, arrivent à marquer indélébilement leur présent. Le sillage laissé par chacune de leurs paroles ou positions acquiert le statut d'une sorte de passage obligé pour les contemporains et pour les générations futures. C'est le cas d'Abdelkebir Khatibi, écrivain aux multiples formes génériques : romancier, poète, essayiste, dramaturge, critique d'art…</p> <p class="spip">Pendant deux journées de travail, de discussions et de témoignage, s'est tenu à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines d'El Jadida un Colloque international autour de l'œuvre d'Abdelkebir Khatibi (et en sa présence). Une occasion de rendre hommage à cet écrivain natif de la ville et grand voyageur.</p> <p class="spip">Comment traquer la spécificité de Khatibi, rendre compte des différents aspects de son œuvre prolifique et témoigner de la place particulière que celle-ci occupe dans le paysage culturel contemporain ? Des interrogations auxquelles ont tenté de répondre les participants.</p> <p class="spip">Il est possible de comprendre d'emblée l'œuvre de Khatibi comme une création basée sur le lire-écrire permanent. L'art de lire est une transe ; l'art d'écrire est un orgasme. Tous deux concourant à un état d'extase. L'écriture est aussi un événement violent où l'auteur engage une guerre de positions pour conquérir le (son) style. Aussi la lecture-écriture est-elle une opération qui fait de l'auteur un passeur des textes des autres. C'est une sorte de principe dialogique qui met en scène plusieurs positions et plusieurs voix.</p> <p class="spip">La pensée critique (la double critique) de Khatibi permet de constater à quel point les sciences humaines sont toujours habitées par la pensée philosophique. C'est un critique qui a su se détacher du « réel arabo-musulman » sans aller s'engouffrer dans l'Occident trop « pollué » En considérant La Mémoire tatouée comme œuvre-mère, il a été souligné que cette « cellule narrative » est une sorte de réservoir d'où émaneront presque tous les textes ultérieurs. Un enfantement rythmé par le souci de ré-pondre à la gésine de l'être et du monde.</p> <p class="spip">Dans l'écriture-création, la source serait cette expression initiale de la volonté de ne pas mourir. Le récit est une fiction de soi, où il s'agit en même temps de se départir de soi pour se réinventer sur un autre territoire, celui de la trace. Il cherche à donner forme à l'informe. L'écrivain voyageur est ici en quête de l'autre. Il est voyageur par procuration. Il est en quête aussi de la paix dans l'hospitalité des langues. Il est un voyageur mystique en pèlerinage dans la culture de l'autre, dans ses signes et ses symboles, sans ses lettres et ses musiques. Il est un mystique qui crée des personnages illuminés. Approchant la notion de l'« exote », il tente de formuler une esthétique et une éthique du voyage.</p> <p class="spip">Dans sa poésie de l'« aimance », il existe une indécision du geste entre l'actif et le passif. Mais qui est dépassé dès lors que le poète s'installe confortablement dans une langue autre, synthèse de la sienne et celles des autres. Voilà le noyau culturel de l'« étranger professionnel ». Le « Divers » est au centre des préoccupations de l'auteur. D'où l'importance de percevoir son œuvre comme un chantier où sont problématisées des questions relatives à la diversité culturelle.</p> <p class="spip">L'approche (inter-)culturelle permet de dégager une vision du monde où celui-ci est perçu doublement. Selon le regard d'un décolonisé issu d'un pays marginal ; selon celui d'un lutteur qui s'adonne au « jeu » d'importation et d'exportation de la culture.</p> <p class="spip">L'autre figure de Khatibi est celle de l'intellectuel qui n'hésite pas à prendre position, notamment au niveau des questions politique. Si son opuscule sur l'« alternance » au Maroc semble isolé au niveau de son œuvre, c'est une fausse impression ; car le texte prolonge ce que peut produire le regard du poète, mais avec une formulation autre que poétique.</p> <p class="spip"><strong class="spip">Abderrahmane Ajbour Laboratoire d'Etudes et de Recherches Sur l'Interculturel Faculté des Lettres et des sciences Humaines Université Chouaïb Doukkali</strong></p></div>